samedi 25 mars 2017

Les Incroyables Comestibles, vous en avez entendu parler?




LES INCROYABLES COMESTIBLES, j'en avais entendu parler ici ou là 
J'étais très séduite par e principe mais je ne me sentais pas très concernée, trop incompétente, trop patraque, trop isolée, 
bref ce n'était qu'un truc super intéressant... en ville, ailleurs, pour des gens plus doués - je n'ai pas assez "la main verte"
Et surtout très inaccessible dans mes conditions personnelles 
et donc ça paraissait un peu lointain
 
Cependant très tentant ... à garder dans un coin de la tête



Et puis comme les amis de mes amis.... etc 
De lectures en lectures je recroise le concept: 

des aliments mis à disposition de chacun, 
une invitation à produire sur place ce dont on a besoin,
 sainement, 
en évitant transports et gâchis, 
en montrant que ça n'est pas si compliqué, avec les connaissances en permaculture
 en impliquant ainsi de plus en plus d'acteurs,
en se rassemblant pour changer la vie,
 pas juste la consommation, mais en même temps les relations,  
en commençant par des petits gestes, limités, mais si CONCRETS, 
en redonnant à notre civilisation ce que les marchands ont fait oublier...  




SUR LA ROUTE #21 Les Incroyables Comestibles

https://www.mixcloud.com/surlaroute/sur-la-route-21-les-incroyables-comestibles/

















travail auquel peuvent s'associer les écoles qui le souhaitent, c'est un projet passionnant, 
Ici un exemple audois, relaté dans La Dépêche:  http://www.ladepeche.fr/article/2017/02/15/2517753-incroyables-comestibles-un-projet-pedagogique-de-partage.html

********************************************************************************************
Et vous ça vous tenterait?

http://lesincroyablescomestibles.fr/wp-content/uploads/2012/05/a322_incredible_edible_todmorden_france_transition_changement_paradigme_francois_rouillay_incroyables_comestibles_w1024.jpg

Pour en savoir plus



http://lesincroyablescomestibles.fr/ 

<   PREAMBULE   >

Le mouvement Incredible Edible est un mouvement participatif citoyen libre,  indépendant, éthique, solidaire et apolitique au sens partisan du terme. Il est non marchand et sans but lucratif, et s’inscrit dans une démarche de gratuité.
Il est mondial et autonome. Il vise l’auto-suffisance alimentaire des territoires et la nourriture saine et partagée pour tous.
Il est ouvert à toutes celles et ceux, hommes – femmes – enfants, de tous peuples et de toutes nations, de tout âge et de toute condition, simples citoyens du monde, qui se reconnaissent dans l’unité de la vie et du genre humain, et aspirent à de nouveaux rapports entre les hommes et à un mode de vie totalement transparent, éthique, solidaire et co-responsable du tout.
Il rassemble celles et ceux qui, très concrètement, veulent « faire leur part » pour accéder, par le changement de regard sur eux-mêmes et sur le monde, à une nouvelle réalité heureuse, féconde et bienveillante : celle de l’abondance partagée, fruit de la terre et de la participation consciente, libre et souveraine de celles et ceux qui veulent en faire l’expérience, individuellement et collectivement.
***
En se réappropriant l’espace public et en le transformant en jardin potager géant et gratuit, la nourriture à partager devient une ressource abondante alimentée par tous et offerte à chacun.
Si chacun fait sa part, on change la ville. ET SI ON S’Y MET TOUS, ON CHANGE LE MONDE !
in: 
http://lesincroyablescomestibles.fr/causes/la-charte-fondamentale-ic/

https://www.facebook.com/IncroyablesComestiblesFrance/?pnref=story






A DANJOUTIN Franche-Comté, 90): 
http://lesincroyablescomestibles.fr/bienvenue-aux-incroyables-comestibles-de-danjoutin/

A BEAUCOURT 90, Franche-Comté
 http://lesincomestibles25.wix.com/mjcval

(Oui oui, il y a une carte sur leur site (elle est internationale) pour trouver un groupe, 
et plein de conseils pour en créer un ! )

mardi 7 février 2017

traduction quelques astuces

j'avais déjà expliqué comment j'essaie de tirer le meilleur des traductions en ligne.

Je pense avoir affiné ma méthode, et je me dis que ça peut aider d'autres personnes de partager mon expérience. 
     En espérant aussi que si quelqu'un a de meilleures idées, il les partage.
J'aimerais beaucoup recevoir des avis après.


J'ai surtout l'expérience de GoogleTranslate et de Reverso (souvent plus efficace, mais qui ne prétend pas s'intéresser à autant de langues).
 Et je ne m'attaque  pas (pas pour le moment) aux langues utilisant un autre alphabet

   * Reverso, je l'ai en favori, et je l'ouvre dans un autre onglet généralement,
mais on peut le télécharger en barre-outil  (moi je n'ai pas su la dompter, ce qui ne prouve que mon manque d'aisance).
A noter que la traduction n'est qu'un volet de ses compétences. et que c'est un outil qui évolue sans cesse, avec la participation des internautes (via facebook)
   * GoogleTranslate je l'avais en barre-outil avec Internet Explorer, où j'avais le choix entre traduction à la demande de la page entière, avec retour aisé à la page d'origine, ou traduction mot-à-mot.  C'est pratique aussi de pouvoir passer d'un mode à l'autre sans changer de page.
    Mais ces barres-outils finissent pas réduire tellement la page...  aussi je ne l'ai pas repris en changeant de navigateur
   - je l'ai donc dans un coin de ma page igoogle, disponible aussi dans un autre onglet (solution encore valable quelques mois, igoogle va être supprimé)

Voilà pour le rappel des outils. J'ai vu que le site Lexilogos en répertorie quelques autres, mais le plus souvent, pour les besoins qui sont les miens, il renvoie sur un de ces deux-là


Ouvrir une page ou un onglet différent pour la zone traducteur me paraît sinon incontournable, du moins fort utile


J'ai aussi annoncé des astuces. 
Je crains de ne pas parvenir à les classer par chapitres, je les emploie toujours un peu en mélange, aussi je vais user des caractères gras (bold), pour faciliter le repérage.


* Tout d'abord, les traducteurs-robots détestent les phrases longues
( et moi, je dois apprendre à ne plus truffer mes phrases de rallonges, disgressions, ou alors clairement: entre parenthèses ! 
... et ce n'est pas gagné ! )

Donc, pour un texte donné, dans une langue que je connais suffisamment (anglais), je vais utiliser la traduction mot-à-mot (GoogleTranslate) ou le dictionnaire annexe (Reverso)

Et pour une autre langue, où je suis moins à l'aise ?
je vais tenter de tronçonner une phrase très longue.
Pas toujours facile de le faire à bon escient, en repérant des signes de ponctuation, notamment.
Pas inutile de faire plusieurs essais. 
 Et ça pour se faire en première intention, ou en vérification, pour voir si le sens reste fidèle d'une version à l'autre.



Je vais demander à mon traducteur-robot de m'indiquer les différents sens d'un mot inconnu, ou d'un mot qui me semble avoir un second sens que je ne connais pas.
   Penser qu'un groupe de lettres identique peut-être un nom ou une forme verbale, ou...
donc écrire le mot seul, sans article, pour laisser ouvertes toutes les options.
   Enlever la marque visible du pluriel, ou un suffixe verbal (-ing ou -ed en anglais, par exemple) peut se révéler une bonne idée, mais en seconde intention seulement)

C'est valable pour le "thème" (= je veux écrire dans l'autre langue) tout autant que pour la "version" (= je veux comprendre ce qui est écrit dans l'autre langue).

Je dois être consciente que le mot que j'emploie dans ma langue a différents sens, et que si je choisis la mauvaise traduction, ça donne (au mieux) une phrase incompréhensible (mais souvent  un quiproquo, parfois extrêmement fâcheux).
C'est évident, mais pourtant, on ne s'en rend pas toujours compte quand on utilise sa propre langue.

Ce qui de mon sens donne tout son prix à l'étude précoce d'une seconde langue,  motivant parfaitement tout le travail ardu imposé à l'élève pour maîtriser sa propre langue: grammaire, conjugaison, éthymologie, synonymes, homonymes, combien n'ont pas été rebutés?

Dans les traductions proposées, cela apparaît souvent comme un second choix entre parenthèses.
Il pourra être utile (thème)  de demander au traducteur de transcrire en employant un synonyme. On voit laquelle des deux propositions préceédente est la bonne... ou on a une autre option proposée.

Il peut s'avérer plus pratique de passer ces deux propositions l'une après l'autre dans le traducteur mot-à-mot ou dans l'option dictionnaire (en version: de l'autre langue à ma langue) 

Et pour finir, j'essaie toujours de repasser mon texte entier que j'ai préparé dans le traducteur pour voir si celui, transcrit en français, respecte bien ce que j'ai voulu dire! 
Et si ça n'est pas le cas, j'affine en réessayant avec d'autres mots du dictionnaire, 
ou carrément si je ne m'en sors pas, 
en utilisant d'autres tournures. 
Rappel: 
En choisissant chaque fois que possible des phrases COURTES.


ça serait bien que je donne des exemples, à l'aide de copies d'écran... Je vais voir si j'ai le temps d'illustrer tout ça ...


*  ensuite, un truc qui fait bloquer à coup sûr les traducteurs automatiques, c'est la faute de frappe ou d'orthographe, lettre oubliée ou en trop, lettre voisine sur le clavier tapée par erreur... espace manquant ou en trop...
 -je n'arrête pas d'en produire...
et évidemment la faute de conjugaison